For more extensive artist's bio, articles and list of exhibitions, visit artist(s) website(s). Many of the images displayed on this site are copyrighted, and are used here only for purposes of education or critical review. All rights are reserved by the artists who created the works referenced herein.

Painting is silent poetry, and poetry is painting that speaks. Simonides

Patrick Laumond

Something different ...




"Laumond's search is about how to express a model of the whole universe in a comprehensive body of Work.
He explores the notion of the void, creating works that generate a multidimensional space and seem to destabilize our assumptions about the world and express dualities such as reality and illusion, solidity and intangibility, certainty and uncertainty…
How to shape questioning, doubts, assumptions and human condition?
In this conceptualization it appears he can express any form of representation or thoughts in a paradigm of unity."



Laumond’s body of work presents a paradigm, a sustained meditation on life and death, on plurality, certainty in uncertainty, balance in unbalance, tensions in space and time, objectivity in subjectivity…

AN ORIGINAL PARADIGM

“Our own perception guides and shapes the process of what we know.”

“My search is about how to express a model of the whole universe in a comprehensive body of work. I explored the notion of the void, creating works that generate a multidimensional space and seem to destabilize our assumptions about the world and express dualities such as reality and illusion, solidity and intangibility, certainty and uncertainty…
How to shape questioning, doubts, assumptions and human condition?
In this conceptualization it appears I can express any form of representation or thoughts in a paradigm of unity.”

Laumond

We can say that his work shapes “the complex thought” developed by the famous French philosopher andsociologist Edgard Morin. We can say he offers a cross-cultural vision of religion, science, and human or political issues.
Laumond’s search is about how to express a model of the whole universe in a comprehensive body of work. He explores the notion of the void, creating works that generate a multidimensional space and seem to destabilize our assumptions about the world and express dualities such as reality and illusion, solidity and intangibility, certainty and uncertainty…
How to shape questioning, doubts, assumptions and human condition?
In this conceptualization it appears he can express any form of representation or thoughts in a paradigm of unity.

When I first met Laumond in 2005, he was showing his works at the contemporary artfair St’art, in Strasbourg. At that time, it appeared to be the very beginning of a work he was compelled to nurture and that would take him to a singular and vast journey.
At the beginning, this “body of work” started with a stain, a deep surface of monochrome, intensively worked and designed, a splash that represents the Big Bang. His academic training in industrial ceramic and at Olivier de Serres in Paris gave him an extreme sense of how to shape colours and textures.
This was followed by the birth of white works, which represent infinity, eternity and the “all possible”. These white works allowed him to give all possible shapes, volumes, sizes, identities, like words in a phrase, or symbols in a pictograph system.
He began to create his own language. Going on with this genesis, he segmented the work in volumes.Some are with stain and others all white.

All of them are linked by a grey line that divides and unifies the space.

Here comes his language of a paradigm.

This representation inhabits a spatial frame and the volumes are multiplied under different forms and sizes.
(Square, thin, small, large, upside-down...).

The work entails accumulation, segmentation, expansion or combining all volumes together.

AN INTERWEAVING INSTALLATION LEADING TO UNIVERSALITY


This leads to an organic vivid interweaving installation. The fundamentals of this body of work allow articulating the projects in any particular space whatever its volume, size, architecture or constraints.

Through this scheme he can give the whole installation a special meaning (philosophical, mathematical,religious,sociological, physical…).

This body of work becomes then his representation of a Universal World, a representation of the symbols for
the “all possible”. In each of his projects we can find the idea of duality. Things can happen or not, there is a possible choice and hope is in each human being that can change the whole scheme.
The works also include in their spatial representation a starting point (volume with stain), a middle point (main
story) and any possible end (white volumes)…

A VISUAL SYNESTHESIA

His works entail a visual synesthesia - His volumes are woven together into a new way of perceiving andunderstanding the world - He offers a unique vision of a paradigm; a representation of what he considers as a vision of Universality, he proposes a different kind of knowing, understanding and showing the world, using intuition as an access to reality.

Each series of projects entails a similarity in term of language, though specific in meaning and each and every one represents a special symbolic aspect of the subject he chooses to develop.
At the core of each project, we can trace the idea of apparent duality and of its possible extension: emotion and reason, compassion and wisdom, realism and idealism…

LEAD BY EMPATHY AND RIGHT BRAIN

Right brain is the one, which allows a perception of the whole, a perception of infinite space and time. It is the brain that captures an invisible link between being, things and their environment.
Laumond’s vision of the world is a holographic perception, which means that “the part and the whole are always interconnected. One finds the whole in the part and the part in the whole, and the whole is always larger than the sum of the parts”.
His scope is far broader than it can appear at first sight. He doesn’t stand apart from the subject, whether he describes a philosophical concept, or a religious one, or a scientific one, he always feels included in it rather than being an external observer, and he immerses himself deeply in it and is represented in the work as a part of it



A VISION OF ART HISTORY

One can think of so many potential links with existing art, abstraction, conceptualism, minimalism, land art…
It appears his body of work acts as a global unification of different possible means of expression and creates a link between most of them.

We can figure out his search is about how to shape a vision that cannot be closed, and is an attempt to capture and represent its complexity and mystery.
Laumond represents the deep relationship between traditional polarities, and there is an underlying spiritual thread running throughout his representation of the world, his holographic vision.

He addresses such a variety of issues that he already created more than 4000 transcriptions in his sketchbooks. Always in movement, he keeps on searching and creating new “ideas worth spreading”.















ART & PARADIGME*

Un paradigme de l’universalité…

L’œuvre de Laumond est un paradigme qui nous parle des cycles de la vie, une méditation sur les paradoxes de l’existence et nos infinis possibles.
Processus de création essentiel, innombrables carnets de croquis fouillés et précis, choix de matériaux des Compagnons de France, rien n’est laissé au hasard, tout est recherche de maîtrise.

Laumond a construit un langage tout à fait singulier au service d’une Œuvre globale que l’onpeut qualifier de paradigme. Globale car cyclique, ouverte et fermée, unifiée et multiple. Une Œuvre où le symbole est omniprésent.

*"Paradigme" : du mot grec ancien παράδειγμα / paradeïgma qui signifie « modèle » ou « exemple ».
Un paradigme est une représentation du monde, une manière de voir les choses, un modèle cohérent (…)
qui repose sur une base définie (matrice disciplinaire, modèle théorique ou courant de pensée). C'est une
forme de rail de la pensée dont les lois ne doivent pas être confondues avec celles d'un autre paradigme
et qui, le cas échéant, peuvent aussi faire obstacle à l’introduction de nouvelles solutions mieux adaptées.
(Source : wikipedia)

Vision globale et pensée complexe :

Son univers peut évoquer une mise en abyme de la «pensée complexe» élaborée par Edgard Morin. Cette "théorie du Tout" lui permet de présenter dans chaque installation une vision croisée de plusieurs cultures ; les religions, les sciences, la politique et la condition humaine sous tous ses angles.
Vision complexe, vision humaniste et humoriste, vision globale et morcelée, vision paradoxale, son univers où domine le blanc est une incitation à l’intériorité.

Comme l’écrit Edgard Morin, « Le vrai problème c’est que nous avons trop bien appris à séparer. Il vaut mieux apprendre à relier. Relier, c’est-à-dire pas seulement établir bout à bout une connexion, mais établir une connexion qui se fasse en boucle. »

La recherche de Laumond est celle d’une reconstruction de lien, de boucle, de cercle dans lequel le mouvement de la vie peut s’écrire dans son infinie diversité et ses infinis possibles.

Recherche d’un modèle universel :

Sa quête est celle d’une écriture d’un modèle universel.

« Je me suis aperçu qu’il est manifestement impossible de présenter ce qui nous entoure à travers une seule œuvre, une œuvre monobloc. Cela m’a amené à produire une modélisation plus théorique qui doit se composer d'une œuvre répartie en plusieurs éléments, distincts les uns par rapport aux autres démontrant le TOUT et son contraire.
Cette modélisation aboutit à ce qu’on pourrait appeler une représentation du Grand TOUT »

La conception de ce qu’il nomme "l’Œuvre", évoquant ainsi la globalité de son langage et la résultante de son long travail de recherche, est issue d’une allégorie du Big Bang. Ce moment mystérieux où le monde s’est autoproduit.
En créant un langage propre, Laumond crée un espace multidimensionnel et met en perspective le paradoxe ; l'idée du signifiant et de l'insignifiant, des équilibres dans le déséquilibre, du plein et du vide, le passage d'un état à un autre et tout ceci dans une représentation d'un modèle cohérent. Cette représentation prend également en compte les courants artistiques, en les fusionnant, le cubisme, minimalisme, ready-made, pointillisme, figuralisme, l'abstraction, se retrouvent dans son évocation formelle.

Création d’un langage, un pari :

Comment raconter le monde en une seule œuvre ? C’est là son challenge. Quel langage créer pour répondre à ce désir de cohérence et de représentation du Tout ?

« L'œuvre tachée est une représentation originelle du TOUT, en passant par le vivant, les idées, ce qui est visible.
L'œuvre blanche est une représentation potentielle du tout possible comme l'infini, l'Éternité, la limite dans l'illimité, elle est toujours en opposition, reliée à l'œuvre tachée. Elles se positionnent toujours en dialogue l'une par rapport à l'autre englobant une œuvre centrale qui est une représentation différente dans la forme mais identique dans l'idée de la pensée... ». Laumond

Là où l’écrivain utilisera les mots pour écrire son histoire, là où les idéogrammes ont permis avec des traits simples la création d’un langage sans limites, Laumond a créé un "langage universel".

Dans l’univers LAUMOND, sujets, pensées, concepts sont symbolisés par des éléments simples représentés par une “structure volumique”, forme variable et pourtant constante. Ses mots sont des volumes blancs ou en verre et des volumes travaillés en monochrome (tachés).

Les volumes : Que ceux-ci soient pleins ou vides, blancs ou transparents, immaculés ou identifiés par leur ”tache”, qu’ils soient seuls ou reliés aux autres, quelle que soit leur taille, leur forme, chacun de ces volumes porte son sens. Ils deviennent paraboles.
Le lien : Reliés par une infinité de lignes grises, qui scandent, unifient, découpent ou relient l’espace et les œuvres entre elles, les volumes racontent l’histoire globale. La tache : À l’origine de son processus de création, elle est un monochrome travaillé à l’extrême, "malmené" à en devenir vivant. Elle aurait pu suffire, elle est le Big Bang, le point d’éclosion, la vision du réel, d’une identité visible de tous.

Un regard empathique, une œuvre née du cerveau droit :

Le cerveau droit gère les images, il est synthétique et global. Il fonctionne non pas avec les codes mais avec les analogies. C'est le lieu de l'intuition, de la créativité, de la vision globale.

Laumond observe le monde, sous tous les angles et en appréhende la globalité, l'éclatement,

les équilibres dans le déséquilibre, les paradoxes, les possibles. La vision qu’il en a est empathique et englobe un regard philosophique, scientifique, humaniste et sensible. Il a su développer un univers d’une cohérence absolue. Au service d’une lisibilité sans fin et pourtant propre à chacun.
Le spectateur devient véritable acteur dans l’interprétation de ces paraboles. Il exprime un regard vif, profond et acéré sur le monde, sur ses formats et sur la “comédie humaine”.
Aucun repentir, aucune correction, aucun rajout ne lui sont permis par le choix exigeant du blanc, immaculé, parfait, lumineux, intransigeant.

Une œuvre holographique :

Chaque volume est au service de l’ensemble et l’on peut dire que l’ensemble d’une installation est une œuvre en soi, le meilleur exemple est celui de la manière dont il a investi l’EspaceCommines. Les salles sont réunies par un ensemble de lignes grises, un lien entre les œuvres, ramification nerveuse, liaison synaptique. Le lieu, l’espace global devient une œuvre, on y pénètre en chaussons bleus, sacralisation ou intégration soigneuse de cette globalité qui est un cœur qui bat. Chaque création a son sens, chacune porte sa propre allégorie – prêt-à-porter de l’Art Contemporain, rupture, le grand et le faible … - mais l’espace global est LE vrai sujet ; au début de l’exposition une boîte contenant sous verre trois volumes, petits, blancs et tachés et trois dates, jour, mois, année : nous naissons, notre patrimoine génétique s’incarne… Le spectateur traverse l’œuvre faite de ces enchaînements de paraboles, et à la sortie du parcours, découvre un mausolée, une boite blanche aveugle, sous verre, muette, allégorie de la mort, du tombeau.
Laumond évoque ici la notion de verticalité, de traversée du temps, de vanités.

Quand on parle d’hologramme, on signifie que "le tout est plus que la somme des parties, la partie est dans le tout, mais le tout est dans la partie". L'exemple le plus courant est celui du patrimoine génétique d'un individu que l’on retrouve dans chaque cellule qui le compose. C’est la conscience de ce qui rassemble l’infiniment petit à l’infiniment grand.

Dépouillement, respiration, symbolique :

Silence, intensité, concentration extrême, ses œuvres dépouillées sont des métaphores. Il élague, simplifie le complexe pour mieux le définir :
Le vide apparent des grands espaces blancs opposé à l’intensité des amas minéraux, rigoureux, obsessionnels.
L’absence de cadres pour des œuvres très cadrées, les emboîtements complexes de formes-
volumes simples.
Le blanc intégral face au noir masse ou au monochrome dominant.
Le choix du monochrome, il utilise selon les œuvres une des 3 couleurs primaires, le rouge, le bleu et le vert, dont la combinaison donne le spectre le plus pur, le blanc absolu.
La présence du verre comme protection ou dématérialisation par la transparence des œuvres.
La construction cérébrale de l’œuvre au fil des milliers de croquis opposée au geste brut et
nerveux de l’artiste foisonnant.
Rythmées, presque scandées, ses installations exigent un peu de silence et méritent quelques

explications de textes…

Espace sonore :
Au cœur de certaines œuvres ou installations, il était évident que Laumond allait utiliser unson en relation directe avec sa recherche. Il a choisi le bruit blanc, qui à l’instar de la lumière blanche, elle-même mélange de toutes les couleurs, est composé de toutes les fréquences,chaque fréquence ayant la même énergie.

Bruit dont la densité spectrale de puissance est constante quelle que soit sa fréquence. En toute rigueur,
un bruit blanc reprend l’ensemble de toutes les fréquences. (Source : Futura-science)

Il nous offre des interrogations visuelles et sensorielles sur tout ce qui nous entoure, le mondede l’art, ses références et la fin de la peinture, les artistes et mouvements qui l’ont précédé,Duchamp, Fontana, mais en analyste subtil et fécond, il apporte sa réponse esthétique et formelle, sa vision, son jeu kaléidoscopique et une esthétique de la perfection.

Ses grands volumes racontent l’histoire de notre société, de ses marques artificielles, de ses repères qu’il décompose et recompose dans une fresque ludique.
Il détourne l’appropriation d’un nom, celui de l’artiste, d’une marque, d’une couleur, et autresattributs extérieurs dont il extrait le sens pour en montrer la limite.
Une boîte - une histoire, elles s’enchaînent, enrichies à chaque fois de l’étape suivante. C’est un phrasé fluide et crypté, une série de symboles et d’images qui racontent ses mondes, leur complexité, leur ambivalence paradoxale et leur possible unité.
Ses volumes réalisés dans les petits formats portent en eux la monumentalité et peuvent s’exprimer dans des espaces infiniment grands, dedans ou dehors, on croise alors le Land Art.

Le paradigme Laumond, une création insatiable de symboles :

Dans ses 4000 croquis d’installations, d’allégories et de paraboles, il continue d’explorer aujourd’hui la limite, la faille ; l’instant où son langage sera incapable de trouver une expression formelle de son Univers…
Il a donné un nom à sa recherche : LE MÉTAHISME.
MÉTA, car exprimant le tout, ISME comme concept et suffixe universel, que l’on retrouve dans tous les mouvements et H, huitième lettre de l’alphabet, (lettre de l’infini, séparateur. Lettre à haute portée symbolique.

Cérébral et sensible, virtuel et réel, peinture, sculpture, concept, installation, le travail de LAUMOND est tout cela et bien au-delà. Issue d'une démarche d'une rigueur absolue, son œuvre demeure la manifestation la plus radicale d'un esprit en liberté.


Edith Herlemont-Lassiat
Janvier 2012


No comments:

Followers

Blog Archive

Labels

Related Posts with Thumbnails