For more extensive artist's bio, articles and list of exhibitions, visit artist(s) website(s). Many of the images displayed on this site are copyrighted, and are used here only for purposes of education or critical review. All rights are reserved by the artists who created the works referenced herein.

Painting is silent poetry, and poetry is painting that speaks. Simonides

Gérard Schlosser














Gérard Schlosser ( 1931 - )




Gérard Schlosser est un peintre français né le 12 juin 1931 à Lille.

Elève de l'Ecole des arts appliqués de Paris où il étudie l'orfèvrerie, Gérard Schlosser fait un court passage à l'Ecole des Beaux-Arts puis décide de se consacrer à la peinture. Membre actif du salon de la Jeune Peinture jusqu’en 1972.

Il vit et travaille à Paris et dans la Drôme. Dès ses premières toiles, Gérard Schlosser fait le choix de la figuration : fragments de corps peints en aplats et cernés de noir. Ces travaux ne sont pas sans rappeler les recherches des artistes du Pop Art. C’est en 1970 qu’il a recours à la photographie.

Il systématise par la suite ce procédé comme d’autres artistes français associés à la Figuration narrative : Jacques Monory , Bernard Rancillac, Gilles Aillaud, Gérard Fromanger. L’usage de l’épiscope qui permet de projeter une image sur la surface de la toile se généralise.

Gérard Schlosser est le peintre du choix parcellaire. Pour réaliser ses tableaux, il utilise la technique du photomontage, associant par le découpage deux ou trois éléments issus de documents différents. Dès 1967, il encolle systématiquement ses toiles de sable et, bien que travaillant en intérieur, il «repense en les actualisant les thèmes de la peinture impressionniste». Pourquoi le sable? Parce que sur le sable, il est beaucoup plus facile d’exécuter des modelés à l’acrylique, dont le temps de polymérisation n’est alors que de quelques minutes ; parce que le passage entre les couleurs s’effectue plus rapidement, les couleurs se mélangent mieux.
Depuis des années, toutes ses toiles systématiquement sablées confèrent aux surfaces colorées une vibration très particulière : chaque petit grain ajoute la profondeur de son propre modelé avec une part d’ombre et une part de lumière. Fascinante pour la personne placée devant les originaux, cette particularité est difficile à percevoir sur les reproductions photographiques.

Les toiles s’articulent souvent en séries : corps féminins allongés, paysages, vues nocturnes .... Pour Gérard Schlosser "montrer va devenir cacher". Par le découpage plus que le cadrage, par le biais du titre fait de petites phrases banales qui renvoient à un ailleurs supposé mais non représenté, il accentue l’écart entre le visible et le sens. Ce que je vois n’est pas ce que je dis.




Mais ce n’est pas le constat glacé de l’hyperréalisme qu’il nous offre. Gérard Schlosser saisit des moments de notre vie. Ces instants apparaissent davantage comme des moments cinématographiques figés que comme des instantanés photographiques. Pour Gérard Schlosser "montrer va devenir cacher". Par le découpage plus que le cadrage, par le biais du titre fait de petites phrases banales qui renvoient à un ailleurs supposé mais non représenté, il accentue l’écart entre le visible et le sens. Ce que je vois n’est pas ce que je dis.

Un cadrage de Gérard Schlosser n’est jamais un geste insignifiant. Il serre au plus près l’élément narratif significatif, le petit détail crucial qui résume toute une situation. La rencontre avec la réalité est source de surprise et de plaisir qui enrichissent chaque ligne et chaque surface et simultanément ces prélèvements photographiques collectent des éléments d’un vocabulaire plastique mis à l’épreuve au cours des compositions précédentes : des modelés, des aplats, des effets de grain simples ou d’une densité de signes extravagante. Quand la plupart des gens regardent sans voir, Gérard Schlosser est à l’affût de ce qui l’intéresse, il sait voir et il choisit.

« Schlosser est une caméra-œil, la caméra-œil d’un peintre-cinéaste, et pas seulement un œil. Mais cette caméra-œil – et cet œil – sont, comme ceux d’un cinéaste, indissolublement liés aux emplois du temps, aux emplois d’espaces d’une société » Alain Jouffroy (« Gérard Schlosser » par Alain Jouffroy, Édition Frédéric Loeb, 1993).

Les titres des tableaux assument un rôle déterminant dans ce processus. Chacun d’eux participe à l'identité de ce moment cinématographique : « Elle n'a quand même pas de chance avec son mari », « Pourvu qu'il n'y ait pas de bouchon à Vienne », « Tu as réglé la cotisation ? », « Tu sais que Josette va se marier ».

























Gérard Schlosser



No comments:

Followers

Blog Archive

Labels

Related Posts with Thumbnails