For more extensive artist's bio, articles and list of exhibitions, visit artist(s) website(s). Many of the images displayed on this site are copyrighted, and are used here only for purposes of education or critical review. All rights are reserved by the artists who created the works referenced herein.

Painting is silent poetry, and poetry is painting that speaks. Simonides

Thierry Marchal









Thierry Marchal


"Thierry Marchal né à Paris le 11 juin 1960, vit une enfance agitée près de Fontainebleau.
Deuxième d'une famille de 6 enfants, dès l'âge de 4 ans, il exprime sa passion et son attirance pour la peinture.
En effet, il n'a pas le comportement d'un petit garçon de son âge, il passe le plus clair de son temps à dessiner, à jouer du piano et à contempler les femmes.
L'enfant prodige au tempérament bien trempé, quelque peu rebelle n'accorde aucun intérêt à l'enseignement et préfère découvrir et vivre de nouvelles expériences. Il redouble de nombreuses classes, c'est pourquoi ses parents le place dans différentes pensions dont il sera exclu. Il se concentre sans retenue sur ses dessins et vend son premier portrait à l'âge de 14 ans.


A 18 ans, Thierry retourne vers la ville aux multiples splendeurs, Paris.
Les mains dans les poches, avec comme précieux bagage, un cartable rempli de feuilles blanches et de crayons. Il mène alors une vie riche en expériences sans aucune contrainte. Il aime s'attarder Place du Tertre, à Saint Germain des Près où son regard est à la recherche d'un visage à immortaliser. Dans la rue ou dans son atelier, il sollicite des modèles inconnus pour réaliser leurs portraits.
Thierry mène alors une vie de bohème, il habite chez des amis, des modèles ou chez ses conquêtes féminines, qui d'ailleurs lui financeront sa première exposition.
Conscient de son talent grandissant, à 19 ans il passe son bac en candidat libre et l'obtient avec mention puis rentre aux Beaux-Arts en architecture.
Un an après, l'élève studieux qu'il est devenu, expose dans son école d'architecture. L'un de ses professeurs tombe sous le charme de ses oeuvres et lui achète un dessin au crayon en lui disant, «vous êtes le plus jeune artiste auquel j'ai acheté le plus cher dessin réalisé au crayon».
En 1979, grâce à un ami il rencontre Dali. Thierry est fasciné par l'artiste et s'empresse de lui montrer son travail. Après avoir observé les oeuvres de Thierry, Dali lui conseille d'affronter désormais la peinture car le dessin lui est acquis.

Thierry est pris dans le tourbillon nocturne parisien et mène une vie tumultueuse. Les femmes l'inspirent et l'attirent, il aime les croquer…
Pendant ce temps, ses dessins se vendent facilement, il expose au Salon d'Automne, au Salon des Indépendants au Salon des illustrateurs et à la Grande Masse des Beaux Arts. C'est un immense succès.


Fasciné par le nombre d'or sur lequel il écrit, Thierry Marchal est un grand mystique, très croyant, il pense être inspiré par Dieu et peint pour lui rendre gloire. Ce qui ne l'empêche pas de peindre essentiellement des nus féminins, parfois très érotiques. Il trouve ses modèles parmi ses amies, dans la rue, dans les soirées ou sur Internet ; elles sont rousses, brunes, blondes, toujours plus belles sous ses pinceaux.
Cet artiste fantasque utilise différents supports pour donner vie à son travail, en passant par l'huile sur toile, au pastel sur papier, à l'aquarelle et à l'encre. Il trouve son inspiration auprès de modèles vivants, d'après des photos et des croquis.
Thierry a cette étrange facilité à peindre ou dessiner rapidement et bien souvent oublie le temps pour passer 12 heures sans cesser de peindre.


A 24 ans, il rencontre sa “Gala”, sa muse.
A la minute où il l'a vu, il lui dit qu'elle serait sa femme. Elle rit, elle avait 17 ans, c'était Elisabeth de Chérisey.
Aujourd'hui, 20 ans après leur rencontre, un mariage et 3 filles, ils exposent pour la première fois ensemble. Elle a fait l'atelier Leconte et crée des modèles de tissus et de porcelaine. Les plus grandes marques françaises et particulièrement à Gien apprécient son style et lui achètent ses créations. Elisabeth aime poser pour Thierry, elle a toujours été son modèle fétiche. Elisabeth aime peindre la nature, des fleurs et des poires...
Elles sont pour elle, de véritables personnages et elle leur donne à chacune des prénoms et les met en situation.
Elle et son mari se sont influencés pendant 20 ans. Les sujets sont différents, mais l'osmose est là. Son atelier est situé à Asnières, où se trouve leur maison, quant au sien, il est situé Quai St Michel, face à Notre-Dame.

Leur style intemporel mais contemporain est figuratif, très dessiné et construit. Le nombre d'or, les racines d'architecte apparaissent dans toutes les oeuvres. Elisabeth et Thierry ont en commun l'amour, l'amour du trait, des couleurs, de la composition et de la lumière.


Ils préparent une exposition à Los Angeles pour fin 2006."



more works here












No comments:

Followers

Blog Archive

Labels

Related Posts with Thumbnails